【Entracte 2】 Hokuto

Précédent Sommaire Suivant

Peu importe le temps qui passait…

Même si j’étais rené…

Ta chaleur… elle n’a pas changé.

Dans cette montagne isolée et pluvieuse, un chiot blessé était effondré.

Qu’il ait été abandonné ou qu’il ait fuit à cause d’une attaque, il n’y avait aucun espoir pour un chiot qui venait juste de quitter les tétins de sa mère de survivre par lui-même.

Comme vous pouvez le voir, la vie de ce chiot blessé et affamé était incertaine.

Abattu par la pluie, la vie du chiot, dont le corps devenait de plus en plus froid, était… sur le point de partir sans que personne ne le sache.

« Wo…of… »

La vie qui semblait disparaître, même maintenant, était soudainement soulevée et gentiment embrassée par quelqu’un.

Le chiot avait perdu sa conscience alors qu’il sentait la douce chaleur qui se répandait à travers tout son corps.

Le chiot était en vie.

La première chose qu’il voyait à son réveil était un garçon qu’il ne connaissait pas, qui observait le chiot anxieusement.

Quand il a examiné les alentours, il était allongé sur une couverture, quelque part dans une maison.

« C’est bien. Tu es réveillé ? »

Alors le sourire soulagé du garçon, le chiot a compris qu’il a été sauvé.

En même temps, le garçon était la personne qui lui a donné de la chaleur, ce qui lui a soulagé le cœur.

Après ça, avec le dévouement du garçon pour mettre le chiot en bonne santé, il chassait toujours après le garçon alors qu’il balançait sa queue.

Avoir un repas et se faire caresser gentiment tous les jours, c’était normal pour le chiot de devenir un membre de la famille du garçon.

Pour le chiot, le garçon était son Maître, et il était comme un parent.

Le garçon vivait ensemble avec une personne appelé ‘Maître’ dans les montagnes où les gens ne visitaient pas.

Ils avaient l’air d’être parent et fils, mais ils ne l’étaient pas.

S’ils étaient vus d’un autre point de vue, ils pourraient avoir un lien étrange, mais il était impossible pour que le chiot le sache.

Du point de vue du chiot, ça lui suffisait de savoir que le garçon était son maître préféré et que le Maître était une existence qu’il ne fallait pas affronter.

« Hmm… s’il devient plus grand, on dirait qu’on pourrait le manger, mais un chiot est plus doux et délicieux. »

« Woof… »

« Arrête, Maître ! Ce petit est ma famille, je vais te tuer si tu le manges ! »

« Hahaha, je plaisantais, tu sais ? Mais bon, si tu peux me tuer, alors ne te gênes pas. »

« Merde… Je vais un jour te battre ! »

Le chiot était serré plus fort par le garçon afin de le protéger de cet adversaire absolu.

Le matin pour le garçon et le chiot était tôt.

Ils se réveillaient très tôt le matin, et ils couraient des longues distances pour leur entrainement quotidien, dès qu’ils avaient fini leur échauffement.

Vu que l’endroit où le garçon vivait était montagneux, c’était normal qu’il n’y ait pas de sentier ou route bien entretenue. Chaque jour, le garçon courrait à travers quelques choses comme une sorte de sentier pour animaux, qu’une personne pouvait traverser.

Le chiot qui pouvait maintenant bouger, courrait, bien entendu, avec le garçon.

Le chiot, qui n’était pas encore habitué à courir, avait à plusieurs reprises trébuché, mais le garçon de lui n’a pas aidé. Cependant, il n’abandonnait pas le chiot et continuait à attendre qu’il le rattrape.

Même s’il trébuchait, le garçon félicitait fermement le chiot qui se relevait. Après avoir terminé leur entrainement, il vérifiait l’état du chiot et préparait les repas. Il ne ratait pas un jour pour brosser le chiot et s’il avait le temps, il jouait au frisbee avec lui.

Le chiot a vite grandi, alors qu’il recevait l’affection du garçon. Il a reconnu le garçon comme son maître, qu’il devait accorder sa priorité au-dessus de lui-même.

Après leur course matinale, le garçon s’entrainait avec son Maître dans un combat.

Parfois, le chiot observait le combat, mais il y avait des fois où le garçon l’appelait pour sauter sur son Maître. Même si le Maître était un symbole de peur, si c’était la vie de son maître, le chiot s’accrocherait et combattre avec lui. Sans le savoir, l’âme du chiot a petit à petit été forgée.

Du point de vue d’une personne ordinaire, le combat entre le garçon et le Maître était tout simplement anormal.

Le garçon relâchait des coups avec l’intention de tuer et le Maître, en voyant une telle situation, l’a tourmenté jusqu’à ce qu’il soit sur le point de mourir. Et le combat qui avait dépassé le bon sens a continué quotidiennement.

Vu que l’attaque du garçon ne pouvait pas laisser une petite égratignure, il visait pour le moment où le Maître se reposait, et ça aurait été inévitable de demander au chiot pour de l’aide.

Toutefois, même si le chiot rejoignait l’attaque, ça n’atteignait jamais le Maître. Avec les mains et pieds du garçon, et même avec les griffes et crocs du chiot, ils ne pouvaient pas toucher le Maître. Mais, le garçon ne renonçait jamais et combattait répétitivement contre son Maître.

Le garçon combattait sans abandonner, malgré qu’il ait été vaincu plusieurs fois. C’était étrange de ne pas renoncer à ce stade. Il aurait pu se briser.

Le chiot, qui combattait avec un tel maître, a grandi sans remarquer que c’était anormal. Vu qu’il n’avait pas vu d’autres façons de se battre, c’était un résultat normal.

 

Quelques années plus tard…

Comme d’habitude, leur attaque ne blessait pas le Maître, mais le garçon et le chiot avaient grandi. Le chiot, en particulier, est devenu un splendide chien.

Le chien ne se laissait jamais distancer quand il courrait avec le jeune. Il faut dire que le chien pouvait chasser tout seul. Le jeune le félicitait à chaque fois qu’il chassait et ramenait sa proie, et son talent pour chasser s’était amélioré, jour après jour.

En plus de chasser et de se coordonner avec le jeune, le chien s’est rappelé de beaucoup de chose de lui.

Et dès que le chien pouvait vivre seul, le Maître a ramené le jeune à l’étranger.

Il était dit qu’il ne pouvait pas ramener le chien, et le garçon a ordonné le chien avec réticence pour qu’il protège la maison.

Même si le chien était triste, il a fidèlement suivi les instructions de son cher maître et a continué à attendre son retour.

Le chien ne savait pas non plus où le Maître allait l’amener, mais ils jouaient le rôle de mercenaires pour une guerre d’un pays étranger.

Quelques jours plus tard, quand le jeune est revenu de la guerre… il a embrassé le chien et il a pleuré.

Le chien, qui ne pouvait pas savoir que le jeune avait tué des gens pour la première fois, ne pouvait rien faire pour le calmer, à part lui lécher le visage.

Il y avait aussi des fois où le jeune souffrait énormément quand ses émotions étaient instables, mais le chien n’a jamais essayé de le quitter.

Le jeune partait avec sons Maître pour participer dans des guerres, et les jours où la maison était quittée étaient beaucoup.

Le chien était triste à chaque fois, mais un jour, après avoir participé dans plus de dix guerres… le Maître lui a dit qu’il pouvait ramener le chien en tant que partenaire.

Le Maître observait jusque maintenant, mais vu que c’était devenu un grand problème, on dirait qu’il se reposait sur l’intuition et la capacité d’un animal.

De cette façon, le chien a aussi participé dans la guerre.

Le champ de bataille était un monde terrible, où beaucoup de gens mourraient des balles qui arrivaient, mais le chien ne se sentait pas terrifié.

Même s’il avait peur avant, dû aux combats avec le Maître, plutôt que d’attendre pour leur retour à la maison, il était bien plus heureux d’être aux côtés de son maître.

Tant qu’il pouvait être avec son maître, c’était tout bon.

Avec ça en tête, le chien a couru à travers le champ de bataille avec le jeune, et ils ont vécu de nombreux champs de bataille.

Le chien protégeait le jeune des balles, et parfois, il remarquait les pièges que le jeune sans expérience ne remarquait pas.

Ils s’entraidaient mutuellement de cette façon, et le lien entre le jeune et le chien a grandi.

Après un certain nombre de guerres, les pièges des ennemis ont causé le jeune et le chien d’être isolés et ils ont été malheureusement laissés derrière les lignes ennemies.

Ils ont été poursuivis et ils se sont échappé dans une mine, mais l’ennemi a explosé l’entrée et ils ont été enterrées en vie avec leurs alliés.

Le jeune a été attrapé dans l’effondrement et a cassé son bras, mais ils ont été miraculeusement sauvés en créant une espace à l’intérieur.

Même s’ils ont pu s’échapper de l’ennemi, ils ne pouvaient pas creuser des trous à cause des os cassés, alors le garçon et le chien, qui étaient complètement piégés, n’avaient aucun autre choix que d’attendre les secours.

La possibilité d’être secouru en creusant à travers une mine effondrée derrière les lignes ennemies était sans espoir, et le jeune a continué à attendre d’être secouru sans perdre espoir.

Il a d’abord traité son bras cassé et l’a attaché avec un bout de bois, alors qu’il conservait la lampe qui se trouvait dans le sac, ils ont réussi à persévérer avec le peu d’eau et conserve.

Deux jours s’étaient écoulés depuis… le jeune et le chien sont restés piégés.

Alors qu’ils se recroquevillaient ensemble pour confirmer leurs existences et se débarrasser de leur confusion, il ne restait plus de nourriture et d’eau, et ils commençaient petit à petit à avoir faim et soif.

À ce moment, le jeune a ordonné le chien de partir. C’était parce qu’il avait peur d’une possibilité que le chien le prenne pour de la viande et l’attaque à cause de la faim.

« Gururu… »

Le chien savait.

Comme la chasse voulait dire que le perdant serait mangé, il savait par instinct que seul le gagnant survivrait.

Et le chien affamé a d’abord regardé le jeune avec ses crocs.

Essayant de saisir le corps du jeune alors qu’il grognait, il a essayé de faire semblant de manger la gorge du jeune, comme s’il chassait sa proie.

Le chien n’a pas pensé une seconde à manger le jeune. En revanche, il avait planifié l’attaque avec l’intention d’être mangé.

S’il sortait ses crocs comme ça, le garçon utiliserait probablement son couteau par réflexe et le tuer. Pour la récompense, le garçon pourrait survivre en le mangeant.

Le chien était satisfait quand il a remarqué que le jeune a rapidement sorti son couteau.

Il n’y avait aucune peur.

Pour le jeune, pour son maître, pour sa famille… il a juste rendu la pareille d’avoir été sauvé.

« …Tu es stupide. »

Mais… peu importe le temps qui passait, le couteau n’était pas lancé vers le chien, et le jeune a ensuite posé le couteau au sol.

Le chien était important pour le jeune, et le jeune était aussi important pour le chien. Pour cette raison, il a remarqué la signification de l’action prise par le chien.

Le chien a continué à faire semblant de l’attaquer désespérément, mais le jeune l’a gentiment embrassé.

« Je préfère mourir… que de te manger. »

Il maintenait encore… son esprit.

C’est pour ça que le jeune a pensé ça. Il ne pouvait pas survivre sans faire de sacrifice…

« Mes jambes… sont foutues. Je ne pourrais pas marcher avec toi. »

Ensuite, il a tourné ses yeux vers le bras cassé.

« Même sans un bras… je peux vivre. Attend là, je vais… te donner de la viande. »

Attachant le haut de son bras pour arrêter le saignement, il a attrapé le couteau avec l’autre main, et au moment où il allait le balancer sur le bras cassé…

« Dieu merci, je t’ai enfin trouvé. »

« …Maître ? »

La roche, qui bloquait l’entrée a été écrasée, et le Maître était venue aider.

Ils ont réussi à survivre comme ça, et ainsi un lien incassable entre le jeune et le chien était né.

 

Après ça, le jeune et le chien a fini leur traitement, et ils ont encore participé dans une autre guerre.

La combinaison entre le jeune et le chien, qui sont devenus forts avec de nombreux échecs, n’était pas appelée une ennemie, mais un dieu de la mort qui enterrait plusieurs ennemis.

Ils sont intervenus dans des guerres partout dans le monde, et ils ont intensément combattu contre le Maître chaque jour quand ils rentraient à leur maison, mais le chien était heureux, tant qu’il pouvait rester aux côtés du jeune.

Et quand le jeune a grandi en jeune homme… c’était soudainement la fin.

(Maître.)

Quelques jours après que le jeune homme ait pu donner un coup à son Maître pour la première fois… le Maître a laissé ses dernières volontés et a disparu du jeune homme et le chien.

« …Pour fuir quand j’étais sur le point de gagner… c’est injuste. »

Il s’était attendu que ceci arrive un jour.

Pour le jeune homme, plutôt que d’être attristé par la disparition du Maître, il était triste parce qu’il ne pouvait même pas gagner une seule fois.

Et puis, le jeune homme a quitté la maison où il vivait, et il est allé voir l’homme qu’il a rencontré pendant la guerre, et il est devenu un agent spécial qui s’occupait des cibles désignées.

Ayant la capacité pour pouvoir donner un coup au Maître, ayant forgé une intuition à cause des guerres et ayant une bonne compréhension des armes modernes, il n’y avait aucun ennemi pour aller contre ce jeune homme. Plusieurs personnes avaient peur de lui, à cause du fait d’avoir détruit une moyenne base à lui seul.

Cependant, il n’avait pas de chien à ses côtés.

Comme le jeune homme est devenu actif dans le monde en tant qu’agent, le chien est devenu le gardien de la maison.

La différence d’espérance de vie entre les humains et les chiens était énorme.

Tandis que la chair du jeune homme devenait plus adaptée pour le travail, la chair du chien commençait petit à petit à décliner.

Le jeune homme s’inquiétait parce que le chien essayait toujours de le suivre, alors il a laissé le chien à une femme, qu’il a sauvé pendant un certain travail.

« Protège-la. C’est un travail que seul toi peux faire. »

« Woof ! »

Cet ordre était simplement un plan désespéré pour laisser le chien derrière.

Même si son corps avait âgé et s’était épuisé, s’il pouvait faire quoi que ce soit pour le jeune homme, le chien essayerait de le protéger comme un bouclier. C’était une chose dure à dire, mais un vieux chien ne pouvait pas survivre dans un monde où les experts se confrontaient.

Le chien était triste, mais il a fidèlement obéi l’ordre de son maître.

La femme sous ses soins avait été secourue par le jeune homme. Même si la partie de donner la priorité au jeune homme était pareil, le chien et la femme sont devenus amis, et ils ont attendu le retour du jeune homme chaque jour.

Quand le travail était terminé, il profiterait de jouer au frisbee et de se faire brosser. Il recevait beaucoup d’amour pour son absence.

Voyant le jeune homme partir pour le travail, les jours calmes ont continué, même si le chien était triste.

Avec le temps qui passait, le corps du chien a petit à petit faibli à cause de l’âge.

Après avoir vu le jeune homme partir à l’étranger avec des dizaines de boulots… le chien est tombé malade.

Il aimait jouer au frisbee avec le jeune homme jusqu’il y a quelques jours, mais il ne pouvait plus se lever. Sans aucune force, il restait allongé tout en étant gentiment caressé par la femme.

« Je vois… Tu savais que ça serait la dernière fois que tu jouerais avec ton maître ? »

Le chien ne pouvait probablement plus courir jusqu’à ce que le jeune homme rentre.

Comme si c’était la dernière fois, le chien a joué avec le jeune homme en usant tous ces efforts.

Quelques jours plus tard… le temps pour le chien de rester éveiller avait réduit.

Quand il s’est réveillé, la femme a pris soin de lui, et les douloureuses journées de rester allonger ont continué à se répéter.

Pourtant, le chien n’avait pas renoncé à vivre.

Même s’il ne pouvait plus vivre, la pensée de pouvoir se faire caresser une fois de plus a donné au chien l’envie de continuer à vivre.

Même si… le moment où le jeune homme rentrerait serait de six mois plus tard.

Quelques jours plus tard… la vie du chien avait atteint ses limites.

Son espérance de vie s’était épuisée. Même si sa conscience réduisait petit à petit et qu’il attendait la mort, ce sentiment n’était pas un premier pour le chien.

C’était le même sentiment que quand il était encore un chiot, vu qu’il ne pouvait pas bouger à cause des blessures et ka faim, attendant la mort tandis qu’il se faisait frapper par la pluie.

Douleur… faim… rien ne pouvait être ressenti. Et d’une manière d’une autre, c’étaient les seuls sentiments qui accablaient le chien.

« Wo… of… »

Mais… se faisant ramasser par le maître, il ne pouvait pas oublier la chaleur de se faire embrasser.

Il ne pouvait absolument pas l’oublier.

C’est pourquoi, il voulait ressentir cette chaleur pour une dernière fois.

Le chien ferma tranquillement les yeux tout en espérant ça.

Et ensuite, de dormir jusqu’à plus jamais se réveiller…

 

« …Je suis rentré. »

Sentant la voix et la chaleur de cette personne spéciale, le chien maintient sa conscience qui allait partir.

Quand il ouvrit ses yeux, le jeune homme, qu’il voulait voir plus que tout, lui a embrassé avec une respiration trouble.

Il y avait une femme à côté quand il a remarqué, et il a vu le jeune homme entouré de bandages avec les bras et jambes qui saignaient et avec un visage pâle.

« Est-ce que ça va ?! »

« Ouais, j’ai complété un travail un peu déraisonnable. Mais dieu merci, je suis arrivé à temps. Je… je peux m’occuper de toi. »

C’était suffisant pour le chien que le maître soit là.

Le chien s’est abandonné aux gentilles mains et chaleur du jeune homme, qui le caressait tout en versant des larmes.

« Je suis ici grâce à toi. Alors dors… tout doucement. Je reste jusqu’au bout. »

« Woof… »

Prit entre les mains d’une personne importante et entouré par la chaleur qu’il aimait… le chien rendit l’âme1.

 

『ça ne serait pas triste de reste seul ? Si tu as de la chance…』

 

Cette voix lui dit ces mots quand il—.

Même s’il ne pouvait pas se rappeler du visage et le nom de son maître préféré… Pour une certaine raison, ces mots sont restés dans sa tête.

Pendant ce temps, il y avait une chose qu’il s’était rappelé.

Qu’il était… un chien.

Quand il a ouvert ses yeux alors qu’il se rappelait qu’il était un chien, il était dans une forêt.

Il aurait dû mourir après avoir été envoyé par une personne spéciale, mais pour une certaine raison, son apparence était devenue celle d’un chiot et il était allongé dans une forêt inconnue.

Même si ceci en soi était tout simplement étonnant, la chose la plus surprenante était le fait de comprendre la situation actuelle, et il était capable de deviner la raison de tout ça grâce à son intelligence.

Quand le chien, qui pouvait penser comme un être humain, qui avait des doutes de ses propres pattes qui étaient devenues plus belles qu’avant, un gobelin est apparu depuis une boisson à côté.

Le gobelin bavait comme s’il avait trouvé une proie délicieuse, et il l’a attaqué instinctivement.

Le chien était surpris par la créature étrange qu’il voyait pour la première fois, mais il a immédiatement prise la décision et prépara une posture de combat. C’était probablement parce qu’il avait vécu plusieurs guerres avec le jeune homme.

C’était une différence désespérée entre la taille d’un chiot et un gobelin. La taille du chiot, même s’il se levait et étirait son corps, arrivait à peine aux genoux de l’autre. Normalement, ça serait suicidaire de le défier en combat.

Toutefois, le chien a instinctivement compris que l’adversaire n’était pas une menace, alors il a jugé pouvoir gagner. Pour cette raison, il a préparé sa posture de combat.

Le chien évita les deux mais tendues du gobelin, qui essayaient d’attraper leur proie. Il passa entre les mains et fonça rapidement vers le corps du gobelin, et mordit la gorge de l’adversaire, qui était un point vital.

Cependant, les crocs du chiot étaient courts. Au mieux, le gobelin finirait juste par saigner. Pour cette raison, le chien a opté de briser l’esprit du gobelin et de le chasser, mais… quelque chose d’inattendu s’est produit là.

« Gyii— ?! »

Quand il s’était demandé pourquoi les crocs avaient si facilement percés, la chair était enfoncée et la gorge a été arrachée.

La gorge du gobelin était fragile, comme si c’était doux, comme du tofu.

Le monstre était faible—… Non, le chien a compris qu’il était fort.

Même si c’était partial, le gobelin, qui avait sa gorge mordu, est mort d’une hémorragie. Quand il a pensé à manger après avoir tué le gobelin, il a remarqué quelque chose quand il regardait la carcasse.

Il n’avait pas du tout faim. L’appétit n’était pas existant, pas parce que la viande n’était pas appétissante, mais l’appétit n’existait tout simplement pas. De plus, même l’excrétion était inutile.

Pour avoir un si grand pouvoir capable de tuer les monstres d’un seul coup, même en forme de chiot, il ne savait pas si on pouvait encore l’appeler un chien.

Alors que le mystère s’intensifiait, le chien était perplexe par le changement qu’il avait subi, mais il était aussi mortifié.

S’il avait ce pouvoir… ça irait bien avec le travail de ce jeune homme.

« Awooooo— ! »

Mais la personne avec qui il devait être après avoir obtenu une telle force n’était plus là.

Voyant un monstre qu’il n’avait jamais vu auparavant, cette situation se passait clairement dans un autre monde. Il ne savait pas pourquoi, mais il a conclu que ce monde était un monde différent, si on comparait avec le monde où il vivait jusque maintenant.

Le monde était différent… Autrement dit, le maître, qui était plus important que lui-même, n’existait pas.

Le grognement relâché avec beaucoup de regret a retentit dans les environs.

Au lieu de manger la carcasse, le chien se tourna et avança vers la forêt.

Il rencontra divers monstres sur la route, mais vu qu’il détectait les positions des ennemis bien avant grâce à ses sens anormalement développés, il a continué à les descendre avec des attaques surprises.

Commençant par les gobelins, puis des loups étrangement énormes, des cochons debout à deux pieds et autres… Le chien a continué à avancer sans objectif tout en tuant divers monstres.

Le chien, qui a continué à marcher pour ensuite trouver une mare, a vu son reflet à la surface de l’eau.

Il ressemblait plus à un loup qu’un chien, avec une fourrure brillante, et une queue souple et ferme.

Le chien était perdu au moment où il a confirmé qu’il avait clairement changé.

Que devrait-il faire à partir de maintenant ?

Le maître qu’il avait quand il était un chien n’était plus ici. Sans parler d’un parent, il ne pouvait même pas trouver un compagnon.

Même s’il était rené, le chien, qui n’avait pas besoin de provisions afin de survivre, désespérait. Il ferma silencieusement ses yeux et s’allongea au sol.

« Woof… »

Pour vivre dans un monde où le maître n’existait pas… alors, la signification de sa vie était…

 

『C’est triste d’être seul ? Si tu as de la chance, tu pourrais encore le revoir… alors fais de ton mieux.』

 

À ce moment, le chien s’est rappelé des mots qu’il avait entendu juste avant de se réveiller.

C’était la voix de Maître, qu’il ne pouvait pas battre, pas une seule fois. C’était les derniers mots qu’il avait entendu avant de disparaître.

Avec la force d’un monstre, ayant un air clairement différent des gens ordinaires, le chien commença à penser qu’il pourrait bien être ici à cause du Maître.

D’après ce que le Maître avait dit, le chien a trouvé de l’espoir avec la possibilité de pouvoir le revoir.

Si c’était ici, le maître pourrait bien être ici aussi…

Le chien, qui a trouvé un but dans la vie, décida de devenir plus fort.

L’apparence actuelle était suffisamment forte et il pourrait devenir plus fort quand il grandirait, mais la force ne pouvait pas augmenter sans rien faire à part le fait de connaître la force du Maître.

Il y avait plusieurs cibles pour s’entrainer : les monstres dans les environs, alors quand il s’est rappelé des combats entre son maître et le Maître, qu’il a vu maintes fois, ça ne serait pas n problème.

Avec première vue, contrairement à comment il rejoignait souvent son maître et se battait instinctivement, il y avait la possibilité de tout repenser avec son intelligence actuelle.

Le chien continua à s’entrainer en imitant son maître.

En connaissant ses limites, il a essayé d’utiliser chaque partie de son corps comme une arme, et la queue a transcendé à une arme qui pouvait même abattre des arbres.

De plus, vu que les êtres humains qu’il ne tuait pas pourraient devenir des ennemis, il a aussi appris à se retenir, même sur les gobelins comme cible d’entrainement.

Le chien ne le savait pas, mais le corps de la bête appelé Cent-Loup montrait une croissance anormale de force tandis que les capacités et le cop du chien grandissaient, jour en jour.

 

Quelques années plus tard…

Le corps de chiot est devenu plus grand, et le chien se tenait à la tête de l’écosystème de la forêt.

Il est né dans ce monde et combattait divers monstres, mais il n’a jamais vu un être identique à lui. Vu sa force qui surpassait les autres monstres, il s’était dit qu’il était une espère très rare.

Avec une telle force, le chien, qui n’avait aucuns parents ou compagnons, n’avait plus besoin de rester dans la forêt. Il quitta la forêt et sauta hors dans le monde.

Il n’y avait aucun garanti qu’il puisse rencontre le jeune maître.

Croyant encore dans cet espoir, les histoires du voyage du chien commencèrent.

Connaissant les désirs des gens, le chien, qui était au courant de son étrangeté, a préféré traverser les forêts, pour que les gens ne le trouvent pas, mais un jour, il a aidé une fille, qui était attaqué par des monstres.

En rencontrant cette fille, il s’était rendu compte qu’il s’appelait un Cent-Loup. Après ça, il a appris la logique de ce monde tandis qu’il observait la fille, qui était un peu inquiète.

La famille de la fille avait apparemment été attaquée par un noble avide, alors le chien… le Cent-Loup a tranquillement battu le noble et s’est débarrassé de lui. Même si la fille était concernée, il n’y avait pas besoin de rester, à part s’il y avait le maître.

Après avoir confirmé que la fille allait bien, le Cent-Loup a repris son voyage.

 

Le Cent-Loup a voyagé jusqu’au bout du continent. Toutefois, il devait traverser la mer pour aller vers un autre continent.

Dès qu’il a trouvé un navire abandonné, il est monté dessus et a tranquillement dériver sur la mer. Il a rencontré un navire d’esclaves sur la route. Il a vaincu le marchand d’esclaves qui visaient pour lui, et il a aussi libéré les esclaves capturés.

Le Cent-Loup était aussi traité comme un héros et il était aussi traité comme une bête sacrée par les esclaves, mais qu’il ne pouvait pas trouver son maître, il a quitté l’endroit pour s’échapper.

Plus tard, il a rencontré et résolu plusieurs incidents, mais… il ne pouvait toujours pas trouver son précieux maître.

Néanmoins, le Cent-Loup fait le tour du monde pour chercher une seule personne.

Quelques décennies après avoir commencé à voyager… le Cent-Loup est allé à une certaine montagne.

L’ambiance était pareille que la montagne où me Cent-Loup vivait avec son maître. À première vue, il était content de l’environnement qui débordait de mana, mais il y avait des monstres qui ressemblaient à des signes qui vivaient là en grand nombre.

Il avait peur de détruire l’écosystème, mais d’après les différences entre les caractéristiques des monstres et l’environnement, il les a tué et chassé de là sans hésitation.

Le Cent-Loup, qui a expulsé les nuisances, a trouvé un endroit calme et il a décidé de rester là pendant un moment.

Avec l’air nostalgique et l’environnement qui débordait de mana, le Cent-Loup a continué à dormir pour oublier le temps passé.

Et ensuite…

 

Hokuto, qui rêvait du passé, se réveilla.

Quand Hokuto leva son visage, il y avait son maître, Sirius, qui dormait dans un lit à côté.

On dirait qu’il était temps de se réveiller vu la luminosité dehors, mais apparemment Hokuto s’était réveillé un peu plus tôt.

Hokuto de leva sans faire un bruit. Se plaça à côté du lit pour ne pas réveiller Sirius, puis il regarda le visage de son maître.

Le visage n’était pas du tout pareil que celui de la précédente vie, même l’odeur était complètement différente, mais… le regard et les affections envers lui n’avaient pas changé depuis qu’il a été ramassé.

Il était convaincu que Sirius était son maître. Depuis le moment où il a reçu un nouveau nom, le monde d’Hokuto avait commencé à briller, et il était ravi de renaître, alors il versait des larmes.

Sa place était après tout à côté de cette personne, et ça lui a obligé de fait un hurlement heureux.

Et maintenant, il a gagné assez de force pour être appelé un monstre, alors ça serait plus que suffisant pour l’utiliser pour le bien de son maître.

Cependant, peut-être à cause du rêve du passé, il s’est senti triste en se rappelant comment il avait quitté son maître quand il est mort.

Hokuto posa lentement son visage contre la poitrine de Sirius pour sentir la chaleur qu’il aimait, et ensuite, Sirius ouvrit lentement ses yeux.

« …C’est toi, Hokuto ? »

Même s’il n’a pas mis de poids sur lui, Sirius, qui s’était réveillé à cause de la sensation inhabituelle qu’il sentait sur sa poitrine, caressa la tête d’Hokuto tandis qu’il était encore dans le lit.

« C’est rare que tu cherches de l’affection le matin. »

« Woof… »

« Ce n’est pas comme si je suis en colère. C’est un peu tôt, mais c’est l’heure de se réveiller. »

Alors qu’il caressait la tête d’Hokuto, Reus, qui dormait sur le lit à côté, se réveilla aussi.

« Uhaa… Bonjour, Aniki. Hokuto-san. »

« Bonjour. Comment tu te sens ? »

« Bien, Aniki. La blessure est complètement guérie, alors je dois entrainer ce corps qui est devenu mou. »

Et quand les deux ont fini de mettre vêtements pour un entrainement facile, les copines de Sirius sont entrées dans la chambre, alors qu’elles saluaient.

Tout le monde portait des vêtements qui facilitaient le mouvement, alors on dirait que ça  serait une course matinale.

« Sirius-sama, nous sommes prêtes. »

« J’ai confiance dans en mon endurance, mais je suis inquiète de pouvoir vous rattraper… »

« Tout va bien vu que Fia-san est une aventurière entrainée. Dans le passé, je me posais la question pleine de fois si je pouvais faire quoi que ce soit… »

« Mais bon, Wreath-ane a continué sans relâcher, non ? Je crois que tu as un sacré culot. »

« Hahaha… J’ai été souvent porté par Sirius-san et Reus. »

« Je vois, il y a aussi la possibilité de s’effondrer. Je veux que Sirius me porte comme une princesse. »

« Ne dis pas ça pour une raison pour t’effondrer, tu sais ? C’est le premier jour pour Fia, alors il n’y a pas besoin de s’inquiéter. »

Hokuto regardait Sirius et les autres, qui discutaient paisiblement, avec un regard chaleureux.

Il semblait avoir la vie dure, mais vu comment son maître s’amusait parfaitement, Hokuto était aussi heureux.

La joie de Sirius était la joie d’Hokuto.

« Eh bien, et si on commençait ? Tout d’abord, nous allons y aller mollo. »

« « « Oui. » » »

« Fufu, vu que je suis une bleue, je vais faire mon mieux pour garder le rythme. »

C’était différence de l’époque où une personne et un animal continuait à courir afin de vaincre Maître.

Rejoignant les quatre précieux compagnons, Sirius, qui allait sortir de la chambre, se retourna et appela Hokuto avec un sourire.

« Allons-y, Hokuto ! »

« Woof ! »

Ensemble avec son précieux maître, chaque jour continua à être rempli avec la brillance d’Hokuto…


Précédent Sommaire Suivant

  1. Oh, on dirait qu’il pleut – Roy Mustang 

3 commentaires pour 【Entracte 2】 Hokuto

  1. Psycho dit :

    je pense que le maitre est devenue une divinité ou sinon la sera le plus grand adversaire de Sirius
    Merci pour le chapitre 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Black Wolfer dit :

    Merci pour le chapitre

    Aimé par 1 personne

Laissez une Réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.